Humeur

Chronique de l’Eurostar (4)

voies de chemin de fer

Dans le London – Paris de 10h25

La dernière fois que je suis allée à Paris, la première phrase entendue en descendant de l’Eurostar fût “sa mère la pute”, prononcée par l’un des employé affecté au nettoyage du quai. Hier matin j’espérai un accueil un peu plus chaleureux en débarquant à la Gare du Nord. Mes aspirations furent totalement comblées puisque un retentissant “t’as vu la meuf, elle est trop bonne”. De vrais poètes sur les quais de la Gare du Nord. Est-il besoin de préciser que la meuf, ce n’était pas moi et au lieu d’en être outrée, j’en étais plutôt flattée.

C’est à l’invitation d’Eurostar pour participer à une interview que je me suis retrouvée vendredi matin dès potron minet dans un wagon spécialement réservé pour nous. Nous allions participer à l’enregistrement d’une émission de radio américaine présentée par Peter Greenberg aka The Traveller Detective. Amazing! L’équipée fantastique comprenait l’équipe de Peter (et je peux te dire qu’il ne voyage pas léger), Andrew le conservateur du Guard Museum, Lucy de Green Traveller, Simon le concierge en chef du Brown’s Hotel, Ellen de Time Out Paris et un chef de train d’Eurostar.

Autant te dire que j’étais intimidée par cette petite troupe et je me demandais depuis au moins deux trois jours ce que Peter allait bien pouvoir me demander. Je me sentais comme une saucisse qu’on allait passer au barbecue. Une expression de mon cru dont je ne suis pas très fière mais qui fait écho à la phrase “to be grilled” que j’emploie assez régulièrement in English.

J’aurais préféré passer en premier car j’aurais mieux profité de mon voyage au lieu de me ronger les sangs en me demandant si je n’allais pas bafouiller ou faire des blancs. Ca m’a rappelé mes oraux à la fac de droit.

peter greenbergQuand arrive mon tour on approche déjà de Paris. On n’est pas encore arrivé dans la zone graffiti mais presque.  Andrew fait remarquer à juste titre que l’on sait qu’on arrive à Paris rien qu’en regardant les murs le long des voies.

Je prends place face à Peter. Il me dit de ne pas m’inquiéter, c’est juste comme une conversation entre amis. Et effectivement c’est assez relax. Moi qui m’étais préparée à lui parler de Londres de long en large et en travers, il me parle de moi. Il a clairement lu ma page “about” – probablement son assistante en fait –  et me pose des questions sur mon parcours. Puis on parle un peu de Londres, il me prend par surprise sur quelques questions, d’où quelques blancs avant mes réponses qui me semblent durer une éternité. Vous savez ce moment un peu hors du temps où l’on se sent glisser vers l’abysse et où on se laisse presque couler. Je me souviens d’un oral de procédure pénale avec le même glissement vers le néant.

J’exagère toujours un petit peu, tu le sais. Donc dans l’ensemble ça s’est bien passé mais j’avais tellement d’autres choses à lui raconter.

Ca y est, on est dans la zone graffiti, Paris n’est pas loin c’est au chef de train d’Eurostar de passer au barbecue.

Sur le quai tout ce petit monde se dit au revoir. Certains repartent immédiatement vers Londres, d’autres en profitent pour passer le week-end à Paris. Moi je repars le soir-même. Je profite d’une journée à Paris sans obligation. Je flânerai du côté du Canal Saint Martin.

Je m’éloigne de mes compagnons de voyage et j’entends ma première phrase parisienne.  “T’as vu la meuf, elle est trop bonne”.

*****

Les autres chroniques de l’Eurostar

37 réponses »

  1. En janvier, nous avons profité de L’eurostar afin de nous rendre à Londres. L’arrivée à Saint pancras s’est très bien passée comme d’habitude, une gare propre, et des gens courtois… On ne peut pas dire la même chose lors de notre retour vers la gare du Nord ! Nous devions nous rendre à la gare de l’est afin de prendre notre train et sur le chemin juste à côté de la gare du nord, nous avins pu voir une personne, qui urinait contre un mur dans la rue et qui s’est carrément retourné sur notre passage sans avoir terminé son affaire !!! Super !!! Quel accueil 😦

  2. comme toi le contraste entre St Pancras et Gare du Nord me fait toujours un choc … tout n’est pas rose ni parfait à Londres, mais quand même … enfin bref. ça devait être une expérience intéressante, même si c’était un peu stressant ! J’aime bien le Canal Saint-Martin aussi, tu as du faire une chouette promenade 🙂

  3. ah oui, ça, c’est un choc l’arrivée gare du Nord, et Paris en général, les tronches du métro, les odeurs, la propreté des rues, hum…. faut vraiment avoir envie de voir la tour Eiffel, les bateaux mouche et tout et tout…

    • Les rue de Paris ne sont pas (juste) sales, elles sont souillées. J’habite un quartier que j’aime beaucoup et pourtant il est de plus en plus crade. Je me suis pris la tête avec certains élus de la mairie pour qu’ils se bougent. Qu’ils interviennent….pfff quedal. Et l’incivilité des gens qui est grandissante. Quand tu oses dire à une « charmante » dame que son chien est juste en train de faire ses besoins sur la porte de ton immeuble, tu te fais insultée. Quand tu demandes à des merdeux de na pas jeter leurs détritus par terre ou dans le bus, que non ça ne se fait pas, tu y as droit à  » ta mère la pute »…les touristes ne sont pas les derniers non plus mais ils prennent exemple sur un grand nombre de parigots finalement. …euh on s’éloigne de l’Eurostar là et ton expérience désolée…

  4. La prochaine fois, tu me fais signe – j’habite tout près de la Gare du Nord… Je pourrais alimenter tes anecdotes parisiennes 😉

  5. C’est bien pourquoi venant de Bretagne, je préfère « filer » directement vers Lille, malgré un unique train quotidien et une gare pas très chaleureuse non plus mais quand même plus tranquille. Mes expériences Gare du Nord m’ont laissé un sentiment de malaise. Et bien que le trajet soit long, je privilégie de temps en temps le train à l’avion, rien que pour le plaisir de débarquer à St Pancras.

    • Amusant, je fais la même chose( je suis bretonne) Je fais tout pour éviter Paris et file directement sur Lille.
      Je n’ai pas honte de dire qu’à chaque fois que je reviens de voyage, sans doute fatiguée (mais pas que),et que j’atterris à Roissy, ça se passe mal…je me mets à pleurer.
      Parce que la fille sous sa pancarte information ne me répond pas, ne lève même pas la tête pour me regarder… Je dis pourtant,  » bonjour, excusez-moi de vous déranger, etc…)
      Parce qu’au contrôle, les visages sont durs , fermés et qu’on m’a parlé comme de la merde….
      Parce que le conducteur de la navette n’attend pas la dame soit assise et fait des embardées ,on dirait un peu exprès quand même pour la faire tomber.Et la dame est tombée.
      Parce que le  » c’est comme le Port Salut, c’est écrit dessus! » pour toute réponse à une famille indienne perdue dans les terminaux, c’est vraiment moyen de la part d’un employé de l’aéroport…
      Mais j’ai de la chance, ma fille vient de quitter Paris pour Londres,( comme tant d’autres)… quel bonheur!

  6. Je confirme la france est réputée pour son savoir-faire (gastronomie, haute-couture, son art) mais pas pour son savoir-être. J’étais à Londres j’entends une dame engueler son fils, je m’approche et je m’aperçois qu’elle est française.
    Après la gare du nord c’est l’Ile de france et l’Ile de France est dure, sale, stressée.
    Une fois en gare du nord, faire un tour en picardie en baie de somme, tu y trouveras l’âme de la vraie France, en Bretagne, bref s’éloigner de cet enfer qu’est l’Ile de france : Le métro qui pue la pisse, les gens qui manquent de savoir-vivre, la banlieue proche et ses gens/jeunes désoeuvrés.

  7. D’abord félicitation! Et j’aime beaucoup ton expression « la zone graffiti »…d’habitude, on fait le voyage en voiture, on échappe à tout ça. C’est triste quand même que ce soit la première vision qu’on a de Paris en arrivant!

  8. Chère Lost in London,
    j’apprécie toujours vos écrits sur Londres, mais j’ai comme l’impression que chacun des mots sur Paris relève du dégoût. C’est d’un triste à lire pour celle qui aime Paris, avec sa faune. Si vous saviez à quel point je m’interdit moi-même au quotidien les mots vulgaires, et peux être surprise par ceux que j’entends, mais enfin pourquoi ce refrain négatif sans arrêt comme s’il vous était devenu impossible de voir le positif dans l’identité de celle ville?

    • Dear Hecatessence,
      Merci pour votre message. Je n’ai pas eu l’impression d’écrire un billet à charge contre Paris. Peut-être devrais-je mieux me relire. Pourtant si vous saviez comme je me suis retenue: triste est de constater qu’en arrivant à la Gare du Nord, on se sent comme agressé par les mots, les regards, les odeurs de pisse (sorry) … Ce n’est qu’un simple constat, triste constat.
      Pourtant, j’ai passé une très bonne journée à Paris. J’ai flâné du côté du Canal St Martin, déjeuner dans un petit resto fort sympathique, pris un café dans une brasserie où les serveurs étaient plein d’humour… J’aime Paris, mais elle me le rend mal parfois.
      Je ne suis pas la seule à faire ce constat, regardez les commentaires.
      J’avais déjà écrit un billet sur ce triste constat https://lostandfoundinlondon.wordpress.com/2013/10/01/its-not-you-its-me/

      • Chère Lost in London,
        merci pour votre réponse.
        Oui je me souviens de votre autre billet, peut-être est-ce cela qui m’a donné l’impression d’une redondance dans le négatif.
        C’est drôle, tout cela je le vois aussi, et je le sens (!) mais peut-être la confrontation moins régulière à une autre ville tend à m’y rendre moins sensible.
        Parfois c’est une question de regards : il y a des graffitis que je trouve pas bien jolis, mais certains apportent de la couleur, disent quelque chose sur le monde qui vaut le coup d’oeil.
        Je dois avouer par ailleurs trouver tout aussi vulgaire de traiter une grande partie des parisiens de merdeux en commentaires que d’entendre ‘elle est bonne’. Pourtant au quotidien je m’oppose souvent aux propos déplacés, aux attitudes sexistes, aux crachats inopinés, par des regards, des remarques, seulement ce n’est jamais en m’opposant si fermement aux personnes en question. Et si cette personne qui a été vulgaire un instant pouvait vous renseigner sur la route à prendre tout à fait correctement la minute d’après ? 🙂

        • – « l’impression d’une redondance dans le négatif »… là c’est vous qui êtes redondante et un tantinet « donneur de leçon » . Désolée.
          – « mais peut-être la confrontation moins régulière à une autre ville tend à m’y rendre moins sensible. »… Probablement.
          – « Et si cette personne qui a été vulgaire un instant pouvait vous renseigner sur la route à prendre tout à fait correctement la minute d’après ? » … Avec des si on mettrait Paris en bouteille.

  9. J’en remets une couche, c’est plus fort que moi. Tout d’abord je le répète j’adore Paris, j’aime beaucoup mon quartier, les parigots ne sont pas tous des têtes de veau….mais, mais, mais, …dans le métro ce sont des mecs qui urinent sur les murs, dans les poubelles, parfois sur les voies, oui debout en bordure de quai, la quéquette à l’air comme ça (du vécu). Les petits merdeux convaincus que parler fort dans le RER à coup de « ta mère la pute » ça donne de l’importance. Une fois enceinte je montais un peu trop lentement dans le bus, une mamie derrière moi me donnait des coups de cannes pour vite monter dans le bus afin de trouver une place assise. Quand tu fais la queue au Monop’ c’est très souvent des coups de stress.Entre celui qui tente de passer devant toi et celle qui t’agresse parce que tu n’es pas assez rapide. Rien qu’hier je me suis pris la tête avec 3 commerçants différents. Maintenant c’est peut être moi le problème va savoir….nos rues je le répète sont souillées et ça c’est un constat. Cela empire de jour en jour. Même si parfois j’ai un peu de mal quand j’entends certaines critiques sur Paris, je reconnais volontiers que pour les gens de passage se retrouver dans cette ambiance ça fiche les boules et le sentiment d’insécurité est bien là. Chaque fois que l’on part à Londres c’est le contraste. Attention je suis déjà tombée sur un chauffeur de taxi pas très sympa, on a tenté d’arnaquer une fois mon fils lors d’un rendu monnaie. Mais punaise en comparaison ce n’est rien à coté de ces nuisances, de ces agressions que l’on vit au quotidien à Paris. Sinon le Canal St Martin c’est sympa alors ? Je connais pas. C »te honte..

    • Et oui et oui…
      J’ai fait une très chouette balade sur le Canal St Martin. Je n’ai pas pris beaucoup de photos, mais j’ai trouvé quelques adresses sympa. J’écrirai peut-être un petit post dessus.

  10. C’est vrai, la Gare du Nord est un des pires endroits que je connaisse et où je me sens en insécurité permanente. Je plains les commuters qui doivent la fréquenter tous les jours. Le pire étant la station de métro! Mais là, je n’y vais pas. Heureusement, Paris, ce n’est pas que cela, se balader sur les quais de Seine, voir toute la beauté du Louvre, de Notre Dame, la Conciergerie, je ne peux m’empêcher de m’extasier….

  11. En fait, je suis une vraie privilégiée, j’habite Versailles, et je n’ai pas a supporter au quotidien l’incivilité grandissante. Paris, j’y suis quotidiennement pour mon boulot, confortablement installée dans ma voiture pour rejoindre l’univers ultra policé et chic des cabinets d’avocats. C’est quand je redescends dans le métro que je réalise la dégradation, la saleté, l’agressivité des gens, et cela rend triste car il n’y à plus de contact possible. On ne ressent pas cela en province. Je retourne souvent à Lyon d’où je viens et cette différence me saute aux yeux à chaque fois. Alors pour des étrangers, cela doit être un choc.
    Toi qui habite Londres, d’où vient cette différence et qu’est-ce qui fait que les anglais arrivent à être « normaux » et pas nous ?

    • C’est une question que je me pose souvent. Je ne sais pas d’où elle vient cette différence. Une vraie différence culturelle. Ici on fait la queue sans rechigner, on laisse les gens sortir du métro avant de monter dedans, on ne se fait pas dévisager quand on a les cheveux en pétard, quelqu’un au pied d’un escalier avec une poussette se fera toujours aidé immédiatement… D’où cela vient? Je ne sais pas, mais en tout cas, l’espace public se vit sereinement ici.

      • Salut, une réponse (tardive) selon moi à cette bonne question : la densité de population. D’après wikipédia (http://fr.wikipedia.org/wiki/Densit%C3%A9_urbaine) Paris est beaucoup plus dense que Londres ou la plupart des villes occidentales (que ca soit la ville ou l’agglomération): Paris (ville) : 21 064 habitants/km2, Londres : 4 505 habs/km2 ; Paris (agglo) : 4 183 habs/km2 Londres: 1 130 habs/km2. D’où saturation des transports, stress, incivilités,… Il y a peut-être un souci de mauvaise éducation de certains, mais je pense aussi que d’entasser les gens les uns sur les autres multiplie les problèmes de façon exponentielle. Comme dit un ami, « on se félicite de notre forte natalité et que Paris attire plein de nouveaux habitants, mais c’est quoi l’objectif : concurrencer Manille, Le Caire, Calcutta ? » Je trouve ça très vrai. La preuve, en province, c’est pas du tout pareil (Rennes, Nantes, Toulouse, Lyon,…). PS: Félicitations pour votre blog, il est très bien !

  12. Pour ma part Paris je la déteste et l’aime à la fois. Je sens Paris vivante et ses habitants contrairement aux anglais que je trouve « fade » sans caractère c’est vache mais c’est mon ressenti.
    J’habite actuellement à Londres et je rentre sur Paris régulièrement. Je crois que lorsque vous vivez sur Paris vous voyez l’incivilité, la saleté, mais vous vous en accomodez : c’est différent lorsque vous revenez d’un long séjour à Londres (ou même de province je pense) et là c’est le choc.
    Ce qui me navre c’est que cette ambiance malsaine Gare du Nord oblige par exemple certains de mes collègues anglais à choisir leurs dates et heures d’arrivées sur Paris. Lorsqu’on touche au tourisme (ce qui fait vivre Paris) ça n’est jamais très bon il serait bon d’agir.
    A côté de ça j’ai vécu de bons moments à Paris et parfois un sourire sur le visage ou un acte de politesse permet d’effacer bien des grimaces. Je me souviens d’un monsieur qui a félicité ma mère de m’avoir donné une si bonne éducation parce que j’avais cédé ma place à une personne âgée dans le bus. La politesse est exception à Paris alors qu’elle est si usuelle et agréable à vivre à Londres.

  13. Quatre chroniques lues d’un coup d’un seul. Très instructif !
    Je vais emprunter le seizeheuresdix (Paris vers Londres)dans neuf jours après avoir tout fait pour éviter l’avion et avoir droit à mon Tunnel-sous-la-Manche à moi. Vingt ans que j’attendais l’occasion… je vous raconterai !

Tu veux dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s