Humeur

Bollocks

kew gardens

L’autre jour j’ai vu passer une drôle d’annonce sur un des forums auquel je suis abonnée. Cela disait un truc du genre: «une amie va venir s’installer à Londres, mais elle ne parle pas anglais. Est-ce que l’ambassade peut l’aider?». Wow, j’me suis dit, en voilà un qui a foi en la République. J’aurais pu répondre, et bien my friend je ne pense pas que l’ambassade puisse grand chose pour le triste sort de ton amie. Mais ça n’aurait pas été très charitable. J’aurais pu aussi lui dire, t’inquiète mon grand, le Français est la deuxième langue de Londres, on parle français partout ici: dans le tube, dans les restaurants, dans les magasins… Sais-tu qu’il y a plus de Français à Londres qu’à Bordeaux? C’est fou, tu ne trouves pas?

L’autre soir dans le métro, deux jeunes gars sont assis juste en face de moi. Ils sont obviously french. Usually, je me garde bien de montrer des signes extérieurs de francitude et j’écoute parfois avec curiosité mais souvent parce que je ne peux pas faire autrement. Vous parlez fort souvent, vous savez. Comme si nobody ne parlait Français à Londres. Appelons-les Louis et César, ces deux jeunes qui regardent avec des yeux de Tex Avery ces créatures Anglaises très court vêtues que l’on croise le vendredi et le samedi soir dans le tube.

César a les jambes croisées, l’une sur l’autre, et se plaint d’une douleur au mollet.
Louis: si tu arrêtais de croiser tes jambes comme une fille aussi!
César: oui, mais j’aime bien moi.
Louis: mais pourquoi tu ne fais pas comme ça?
Il lui montre une autre manière de croiser les jambes. Un peu plus masculine dirons-nous. Mais pas forcément plus élégante.
César: Non mais en fait je préfère la mienne. Tu vois c’est confortable et en plus elles s’entrechoquent. J’aime bien.

Et en plus elles s’entrechoquent? Hein quoi comment? What? Elles s’entrechoquent? Ai-je bien compris? Quoi donc?
Je n’ai pu m’empêcher d’esquisser un sourire et le pauvre César, voyant que j’avais compris ce qui lui procurait tant de plaisir s’est mis à rougir et à balbutier des «oh non c’est pas vrai, ce n’est pas possible». Comme j’arrivais à ma station, je me suis levée et je lui ai chuchoté «fais gaffe mon p’tit gars, t’es pas le seul ici». César et Louis descendaient aussi et jusque dans la rue j’ai entendu des «oh non c’est pas vrai, ce n’est pas possible» dans mon dos.

Donc pour revenir à cette jeune-femme qui s’inquiète de ne pas parler anglais en arrivant à Londres, j’aimerais lui répondre qu’il ne faut pas s’inquiéter, elle ne sera pas lâchée en terre inconnue. Et puis il y a plein de moyens pour apprendre l’anglais. On peut trouver un boyfriend anglais par exemple – méthode accélérée. Et si on n’a pas de boyfriend anglais sous la main, on peut essayer ces cours d’anglais sur le net. Une nouvelle leçon chaque jour pour apprendre à son rythme. Et tu ne connais pas le meilleur: c’est gratuit!

Ave César et vive la pétanque!

PS: César, une photo choisie tout spécialement pour toi.

Catégories :Humeur

Tagué:, , ,

25 réponses »

  1. Sympa, ce post (ou article de blog, or whatever) qui, comme à l’accoutumée fleure bon un contexte, un univers qui est dans l’affect des londrophiles (londonophiles ?) en particulier et des anglophiles en général !
    Truculence et précision de langage sont au rendez-vous. Ce qui n’est pas la moindre des choses.

  2. hahaha!!! excellent!! et c’est vrai qu’à Londres il y a beaucoup de frenchy et qui parlent fort dans le métro ^^

  3. hi hi hi en effet il devait être bien embarrassé … j’espère que ça faisait pas bling bling en s’entrechoquant ! Tu dois entendre des choses marrantes de temps en temps dans le métro !

  4. Hello, en effet, le français est partout, j’étais à la Tate et à la Courtauld Gallery hier et j’avais l’impression d’être en France (assez désagréable!) – je recommande vivrement l’expo Picasso 1901) puis Leicester Square/Pic. Circus, Mon agence a beaucoup de professeurs dont des natifs anglais pour les cours d’anglais. On aide beaucoup les personnes nouvellement arrivées de France qui ont besoin d’un kick-start pour les entretiens ou juste apprendre les phrases de tous les jours.

  5. Ah bravo les français! Qu’est-ce qu’ils peuvent être lourds parfois… Ils se croient seuls au monde dans une ville extraordinairement « francophones »… J’assiste souvent à des conversations dans le métro ou à l’aéroport ou je travaille… Ohlala parfois j’aimerais me glisser dans un trou et surtout ne pas clamer que je suis française… Le ton est toujours trop fort peu souvent élégant et trop souvent râleur!
    Vive la France (…not)

  6. « fais gaffe mon p’tit gars, t’es pas le seul ici » on dirait le début d’un film a suspense, ptite histoire bien sympa sinon :))

  7. J’aime bien écouter les conversations des français dans le métro, certains pensent que personne ne les comprend, c’est parfois drôle (mais aussi triste des fois). La méthode boyfriend elle marche bien, testé et approuvé 🙂 Par contre elle a des inconvénients: moqueries sur l’accent récurrentes, vieilles rivalités franco-anglaises mais bon ce n’est pas cher payé 🙂 Bonus par rapport à la méthode traditionnel: le boyfriend inclut un cours sur l’interculturalité et en contexte avec ça!

  8. Recemment lors de mes vacances aux Statesse, je me suis permise de lyncher verballement en français une jeune femme acompagnée de son chéri. J’étais dans une petite bourgade près de San Diego et j’avais trouvé son attitude à mon égard irrespectueuse (ayant une haute opinion de moi même, tout est relatif bien sûr…). Alors que je m’éloignais avec mon amie la jeune femme nous lance « Ah vous parlez français?! » – gloups – Sans nous démontez, de lui répondre « Euh, oui… » et elle gaiement « Oh nous aussi!! On est de Lille! » – Ne laissant paraitre aucune once de gêne (j’étais mortifée of course), je lui lance avec le meilleur accent anglais condescendant qui soit « Good for you! », et m’éloigne. I’m a bitch. CQFD

  9. De mon côté, je me ressers un grand Pimm’s !! comme ça j’oublie les français, la France et la connerie…accompagnez moi, promis ça détend 🙂

  10. Malheureusement, il n’y a pas qu’à Londres que les Français parlent forts…pour s’en convaincre, je recommande aussi un petit tour à Stuttgart…

  11. Si ça peut te consoler, je vis à Montréal (ville francophone donc, malgré le petit accent). Et je ne compte plus le nombre de mes compatriotes qui débarquent dans le bus en faisant des commentaires du style « nan mais ils sont quand même vachement bizarres les Québécois » « putain t’as vu comment ils parlent » « ouais mec c’est hilarant ». Ou juste les gens qui lisent à voix haute le guide du Routard section « us et coutumes » en commentant tout comme s’ils étaient chez les zoulous. A chaque fois, j’ai tellement honte… (bon après, j’aime bien les français hein. La plupart du temps.)

  12. Ca me fait remonter quelques 25 ans en arrière, quand en séjour linguistique en Grande-Bretagne, un autre groupe de jeunes Frenchies nous regardaient en disant: ils sont vraiment nazes ces Anglais. A l’époque, pourant, il était encore facile de reconnaître la nationalité des européens que l’on croisait, ce qui est moins le cas aujourd’hui (quoique avec les sacs à dos Décathlon….) 😉

  13. Autre bonne méthode pour apprendre l’anglais, sur le site ou l’App « Duolingo », hyper bien faite et ludique. J’adore ! (je m’en sers pour apprendre l’espagnol, mais là l’appli est en Anglais). Depuis que j’ai découvert cette appli j’en ai pas mal parlé autour de moi et plusieurs amis se sont mis à revoir leur anglais grâce à Duolingo 🙂 (promis ils ne me payent pas pr leur faire de la pub !)

Tu veux dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s