Humeur

La rentrée (enfin)

Ouais, bon on va pas épiloguer non plus. Mais bon quand même. Je te dis pas comment j’étais ravie hier en quittant la maisonnée pour accompagner ma fille à l’école. Oui la rentrée pour une grande majorité d’écoliers londoniens c’était hier. Contente de pouvoir retourner à une routine de travail sans un boulet à gérer pendant mes journées de dur labeur. Joies du travail à domicile. Pourtant, j’avais une petite boule au fond du ventre. Rien à voir avec les petits biscuits que j’avais boulottés la veille devant The Great British Bake Off.

J’étais pas fier rapport à l’histoire des doubles niveaux. J’avais pas trop envie de croiser la Directrice. Apparemment, elle n’avait pas trop envie de me croiser car elle m’a royalement évitée. Limite elle m’a fait un French Leave la bougresse.
La Moulinette, elle, était ravie de retrouver ses copines dans la cour. Je peux te dire que ça toisait sec hier matin. Entre celle qui avait du vernis paillette sur les doigts (strictement interdit pas le règlement), l’autre qui avant gardé sa tresse brésilienne et l’autre qui ouvrait la bouche à s’en décoller la mâchoire fière de montrer sa dent perdue… On a des choses à se dire à cet âge!
Ensuite la cloche a sonné et le groupe s’est dispersé. Enfin, les copines sont parties rejoindre le rang de leur classe et la Moulinette est partie toute seule de son côté rejoindre son rang à elle.

Elle s’est mise bien sagement en bout de file comme elle aime à le faire. Et là une profonde tristesse s’est abattue sur mon petit joyau. Elle s’est mise à sangloter en silence. Mais qu’est-ce que tu as ma Moulinette je lui ai dit? Elle ne répondait pas. Elle ne voulait même pas me regarder. J’insiste un peu pour lui demander ce qui ne allait pas car elle était si joyeuse sur le chemin de l’école. Elle finit par me dire: «je suis punie moi». Punie de copines? Punie de se retrouver avec des petits? Je ne sais pas ce qu’elle a voulu me dire.
Mon cœur s’est retourné quand sa petite main a quitté la mienne, emportée par mouvement du rang qui suivait la maitresse.
Je n’en menais pas large en la voyant s’éloigner.

Quand je suis allée la cueillir l’après-midi, elle avait retrouvé le sourire. La journée s’était bien passée. La maitresse avait été très gentille, mais les maths c’était pour les bébés.

Affaire à suivre donc.

Catégories :Humeur

Tagué:, ,

11 réponses »

  1. La pauvre pépette…
    Mais elle va vite se faire de nouveaux amis, et revoir ses copines à la récré.
    J’ai été dans une classe pareille, j’étais chez les grands et ça ne nous a pas tiré vers le bas…par contre ça aide les plus petits ça c’est sur.
    Et l’avantage aussi de ce genre de classe, c’est qu’on apprend à travailler sans la maîtresse ou en groupe…
    T’en fais pas elle va vite s’y faire ta petite puce ! 🙂
    Bizoux

  2. La pauvre, c’est vrai que c’est quand même pas évident de se retrouver toute seule et de voir toutes copines dans la classe d’à côté. Mais si tu dis qu’elle a retrouvé le sourire, alors c’est déjà bien.
    J’espère que tout va bien aller pour elle 🙂 !
    Bisous.

Tu veux dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s