Non classé

Le bal masqué ohé ohé

Jamais je n’avais vu autant de robes de soirées et de noeuds papillons noirs réunis en un seul lieu. Si, peut-être sur mon écran de télévision, lors de la cérémonie des Oscars ou de la montée des marches de Cannes. Le mail avait bien précisé « black tie » et « jeans forbidden » mais je n’imaginais pas que la robe de soirée dos nu était de rigueur. J’avais l’air malin moi avec ma petite jupe en soie sauvage et mon haut noir à paillettes. Ceci dit je dois avouer que je me sentais plus élégante que la majorité de ces femmes habillées comme des sapins de Noël et maquillées comme des voitures volées.

La scène se passe dans un golf club des environs. A l’entrée, il faut montrer patte blanche et prouver que l’on est attendu. Deux femmes pailletées et satinées de la tête aux pieds nous accueillent en poussant des cris hystériques. Elles savent déjà qui nous sommes. Je ne les ai jamais vu de ma vie. Elles nous remercient d’être venus et nous disent combien elles apprécient notre participation au bal. Zygomatiques tendus jusqu’au point de non retour, elles nous lancent un « have a fantastic night ». L’enthousiasme débordant, je ne suis pas programmée pour. Ca me donne la chair de poule.

Nous voilà propulsés dans la fosse aux lions, une grande salle de restaurant, moquette style années 70, tables dressées et pleine de gens costumés. On recherche un visage ami que l’on trouve tout de suite. L’invitation disait 19h30, il est 19h33 et tout le monde est déjà là, un verre à la main. Le barman doit détenir le record du monde de « speed pouring ». Car il y a un barman et toutes les boissons qui seront servies pendant la soirée seront à notre charge.

Mais alors à quoi servent donc les 60 livres sterling (environ 77 euros), prix des billets pour entrer dans ce très chic bal costumé? Ce n’est certainement pas le prix du repas car vu ce qu’on a eu dans nos assiettes… comment dire? Je crois qu’une cantine scolaire en France n’aurait même pas osé. Si vous connaissez la société anglo-saxonne vous comprendrez mon désappointement si je vous dis « golf club quality food ». Quatre mots qui résument aisément les pauvres petites crevettes surgelées noyées dans une sauce visqueuse de couleur rose, le blanc de poulet recouvert d’une sauce blanche issue d’un sachet de poudre accompagné par le trio infernal des légumes anglais: pommes de terre, carottes et brocolis. Dois-je mentionner le dessert? Une tartelette au citron goût carton-pâte noyée dans une piscine de crème liquide. Décidément je me demande ce que les Anglais ont à noyer leur nourriture sous des sauces d’aspect douteux. L’insularité sans doute.

Donc tu te doutes bien que les 60 livres ne servent pas seulement à couvrir les frais de ce dîner, si tant est que l’on puisse utiliser ce mot. Ce soir tu ne viens pas pour manger, mais pour participer aux bonnes oeuvres de l’école de ton enfant. Tu ne t’es pas mise sur ton 31 pour un repas entre adultes, non tu es généreuse et toutes tes pensées ce soir se concentrent sur les deniers de l ‘école. Idem pour la boisson: plus tu bois, plus tu as bon coeur. Enfin, c’est ce qui m’a semblé car à notre table nous étions 8 et j’ai dû voir passer au moins 10 bouteilles de vin. Dont une que j’ai gagné à la tombola. Car il y avait une tombola. A la fin de XXXla torture ce merveilleux repas, un homme et une femme légèrement avinés sont passés de table en table pour vendre les billets de tombola pour les bonnes oeuvres de l’école. Mise minimum £5. Comme t’es pas radin, tu doubles la mise minimum. Finalement je suis rentrée dans mes frais pour ce qui concerne la tombola puisque j’ai remporté 2 prix: un lot de 6 grand verres à vin Villeroy et Boch et une bouteille de Chateauneuf du Pape que j’ai immédiatement partagée avec les collègues de table. Car je suis généreuse et j’ai l’âme partageuse.

Ensuite il y a eu les jeux: quiz, « head and tails » ou comment une assemblée de 120 personnes endimanchées se ridiculise en jouant à « tête-fesses »… tout ça pour le bien de la chair de ma chair. Si je pouvais remonter à ce jour de juillet 2004 tout en sachant ce qui allait se passer en cette soirée d’octobre 2008, j’aurais peut-être réfléchis à deux fois! Une fois qu’on a eu fini Intervilles ce fut le moment tant attendu et probablement l’une des raisons du speed-drinking de tous ces gens au cours de la soirée. Place à la disco comme ils disent ici.

J’ai pu observer une autre grande différence entre les Anglais et nous autres les Français. Dès les premières notes de musique 90% de l’assemblée s’est levée d’un seul homme et s’est précipitée vers la piste de 5 mètres carrés. En France, il n’est pas rare que le DJ doive se mettre à genoux pour que 3 quidams viennent s’essayer à des mouvements aléatoires sur la piste de danse. J’ai observé ce mouvement de foule avec des yeux écarquillés. A deux reprises 2 mains amies ont tiré mon bras pour m’attirer vers le dance floor. Comme quand j’avais 14 ans.

Vers 23h30 N. et moi décidons qu’il est temps de « take the French leave » ou de filer à l’anglaise. Entreprise délicate vous en conviendrez. On ne pouvait pas partir comme des voleurs (l’expression trouve mal son sens de cette situation vu que c’est nous qu’on s’est fait piller!) car ça n’aurait pas été très poli de notre part. Une brillante idée m’est soudain venue: notre babysitter n’a que 12 ans, on ne peut pas rentrer après minuit. What a shame my dear. Comme quoi, l’alcool donne de la suite dans les idées.

Prix de revient de la soirée: un bras, deux estomacs mal menés, deux foies.

Never again!

Catégories :Non classé

11 réponses »

  1. j’adooore comme tu racontes ce bal!! J’imagine trop bien l’assemblée de pingouins qui se lève pour se trémousser…..Je ne vais pas souvent sur les blogs mais je crois que je vais te lire plus souvent!Je n’ai jamais goûté à la gastronomie british mais je ne suis pas tentée du tout à te lire…

  2. et ils n’ont pas été « shocking » de savoir que tu confiais ta progéniture à une gamine et non à une jeune fille au pair?? mais où va le (grand) monde ma pauv’dame ?!

  3. Hahahahahaha 😉 Oh la la, j’aurais pas pu aller à ce genre de truc même en me forçant!! Les enfants n’ont aucune idée des sacrifices que font leurs parents pour eux 😉 Mais c’est quand’même bien, parce que maintenant, tu pourras utiliser cette soirée-martyre pour faire du chantage à ta fille quand elle sera adolescente et te cassera les pieds 😉

  4. Olala comme ca me parle ce billet! N’as-tu pas pousse jusqu’a prendre quelques photos ?? Ou preferes-tu laisser notre imagination fertile se faire une idee des tenues ??

  5. What a shame you did not take pictures!En tout cas j’ai bien ri, et j’aurais certainement tendance à être plus généreuse la prochaine fois pour acheter des billets pour la tombola de l’école, en sachant à quoi j’échappe niveau Fantaaaaaaastic Saturday Night!

  6. au moins ça nous donne l’occasion de lire un résumé très drôle ….et voilà ce que c’est de ne pas mettre ses enfants à la communale dans les fêtes c’est couscous partie et tatayooyo…du temps de mes filles à Quimper et je dois dire que si on nesollicitait pas trop le porte monnaie c’était assez la corvée!

  7. @ Poumie: merci 😉 Bienvenue dans le monde merveilleux de la blogosphère.@ Persil: c’est vrai que quand j’ai dit que la fille avait 12 ans, j’ai pu observer de drôles de rictus. Mais je me suis demandé si ce n’était pas du à l’alcool.@ Webradio: merci ;)@ dr caso: figure toi que je ne le referai pas.Quel est donc cet esprit pervers qui t’habite? Du chantage? En fait, moi je préfère appeler cela de la négociation!!!@ stéphanie: non je n’ai pas dégainé le Canon. Mais je ne désespère pas de partager avec vous les photos qui paraîtrons dans le journal local.@ vaness: tu habites aussi en Angleterre?@ marguerite-marie: si tu savais comme le système scolaire anglais me donne des maux de tête. Il est si différent du nôtre. Malheureusement ce n’est pas dans le public que tu trouves les meilleures écoles. Comme je regrette ma petite école de quartier en France. Moi aussi je veux des couscous parties et chanter tatayoyo à tue-tête.Ouiiiiiiiiiiiin

  8. Ben moi je l’aime le trio infernal des légumes anglais! J’ai intérêt me diras-tu, vu que Mr C. cuisine souvent…Enfin, au moins cette sortie te donne une occasion de te surpasser, ce billet est excellent!

  9. J’ai bien ri….j’ai moi aussi testé le repas de crèmes douteuses dans le « golf club », c’était pour un mariage (mon premier vrai mariage anglais…no comment:-))Sinon il n’y vont avec le dos de la cuillère les PTA de ton école: £30 la placeet puis maintenant qu’ils te connaissent et savent combien tu es généreuse, les PTA ne vont plus te lacher 🙂

  10. Merci Véronique ;)@ Koko: c’est vrai que c’est pas donné; mais vu la file de 4X4 chaque matins dans la rue de l’école, rien ne m’étonne plus sur ce plan là.

Tu veux dire quelque chose?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s